Spectrométrie de masse à plasma induit (ICP-OES/MS), analyse ICP

Les techniques analytiques à plasma induit (ICP, abréviation de l'anglais « Inductively Coupled Plasma ») peuvent mesurer quantitativement la teneur en éléments d’un matériau, dans une fourchette allant du ppt (partie par trillion américain, c’est à-dire par billion français) au pourcentage massique. Les seuls éléments qui ne peuvent être mesurés par ces méthodes sont H, C, O, N et les halogènes.

Les échantillons solides doivent être mis en solution, généralement par digestion acide. Cette mise en solution peut éventuellement être assistée par micro-ondes ou par bombes permettant une montée en température et pression élevées. Notre laboratoire est équipé des instruments permettant de faciliter ces préparations plus complexes. Nous disposons du savoir-faire nécessaire à la préparation adéquate des échantillons afin d'éviter toute contamination ou toute perte en éléments d'intérêt.

Une fois l'échantillon mis en solution, il est ensuite vaporisé au cœur d'un plasma induit d'argon, qui peut atteindre des températures de 8000 °C. À une température aussi élevée, toute substance à analyser subit une atomisation, une ionisation et une excitation thermique. Elles peut alors être détectée et quantifiée, soit avec un Spectromètre à Emission Optique (OES), soit avec un Spectromètre de Masse (MS).

 La spectrométrie à émission optique ICP (ICP-OES)

 

La Spectrométrie à Emission Optique couplée à l'ICP (ICP-OES) repose sur l'excitation thermique des ions dans le plasma et l'analyse de la lumière émise par ces ions excités. Chaque élément émet des longueurs d'onde caractéristiques. Les longueurs d'onde sont alors séparées, identifiées et leurs intensités mesurées par un spectromètre. La concentration élémentaire est ensuite déterminée par confrontation à une calibration externe.

 

 

 La spectrométrie de masse ICP (ICP-MS, ou ICP-Mass Spec)

 

La Spectrométrie de Masse couplée à l'ICP (ICP-MS) repose quant à elle sur la séparation des ions générés par le plasma d’argon en fonction de leur rapport masse sur charge m/z. Les ions ainsi séparés sont alors identifiés et comptabilisés, ce qui permet un calcul des concentrations élémentaires présentes dans le matériau par l'intermédiaire d'une calibration externe. La Spectrométrie de Masse couplée à l'ICP offre une sensibilité extrêmement élevée (et ainsi, des seuils de détection très bas) pour un large éventail d'éléments.

 

 

 

  

Pour toute demande d'analyse par GDMS, IGA, ICP-OES, ICP-MS ou Analyse thermique (TGA & DTA), veuillez remplir le formulaire de demande d'analyse ci-dessous, et transmettez-le nous par e-mail à l'adresse info.fr :

 

  • Analyse quantitative de concentrations en éléments majeurs, en éléments mineurs et en éléments traces
  • Vaste éventail de matériaux

 

Signal détecté : Photons (OES) ou Ions (MS)

Éléments détectés : Jusqu’à 70 éléments

Seuils de détection : ppb voire ppt dans certains cas

Résolution en profondeur : Digestion totale des échantillons - Analyse de lixiviats possible

Imagerie/cartographie: Non

  • La majorité des éléments de la classification peuvent être mesurés en une seule analyse.
  • La gamme de travail utile dépasse plusieurs ordres d'amplitude.
  • La mesure peut être automatisée, ce qui améliore l’exactitude, la précision et le nombre d'échantillons soumis à l'analyse.
  • La combinaison de l’ICP-OES et de l’ICP-MS est très puissante pour déterminer un éventail extrêmement large de concentrations élémentaires, tout en gardant une justesse et une précision excellentes.
  • L'échantillon à analyser doit être entièrement digéré avant l'analyse afin d'analyser les éléments présentant un intérêt (sauf cas particuliers de lixiviations)
  • Par ICP-OES, l'analyse peut être complexe et il est possible qu'il y ait des interférences spectrales si la longueur d'onde de l'élément présentant un intérêt est très proche de celle d'un autre élément. Les limites de détection sont alors affectées.
  • Par ICP-MS, des interférences peuvent également être rencontrées et affecter certaines limites de détection.
  • Les espèces ioniques à charge multiple ou polyatomique peuvent créer des difficultés de quantification.
  • Aérospatiale
  • Cibles de pulvérisation
  • Produits chimiques
  • Producteurs d'alliage
  • Alimentation/boissons
  • Géologie
  • Composés pharmaceutiques
  • Détermination des contaminations élémentaires dans les eaux
Nous contacter 94, chemin de la Peyrette
31170 Tournefeuille, France
© Copyright 2017 EAG Inc.     |    All Rights Reserved    |    Mentions légales